Colloque de planification stratégique pour la formation des professionnels de la santé en matière d’allaitement au Québec

29 avril 2016


Quand ?
Vendredi 29 avril 2016

Où ?
Université de Sherbrooke, campus de Longueuil

Qui est attendu ?
Les professeurs, enseignants et responsables des programmes de formation des professionnels de la santé dans les universités et cégeps du Québec : médecins, infirmières, nutritionnistes, sages-femmes, dentistes, pharmaciens.

Pourquoi ?
Contribuer à améliorer les programmes de formation des professionnels de la santé en matière d’allaitement, au bénéfice des familles.

Depuis plusieurs années, de nombreux acteurs et organismes locaux et globaux (y compris l’OMS et l’UNICEF) dénoncent le manque de formation des professionnels de la santé en matière d’allaitement. Ce manque de formation a nécessairement des répercussions sur les expériences d’allaitement des femmes en raison du peu de cohérence dans les messages qu’elles reçoivent et de l’insuffisance de soutien concret et approprié. Cette situation contribue aux faibles taux d’adhésion aux recommandations en vigueur sur l’allaitement. Par exemple, en 2005-2006, alors qu’environ 85% des mères québécoises amorçaient l’allaitement à la naissance de leur bébé, seule la moitié d’entre elles allaitait de façon exclusive à leur sortie du lieu de naissance – environ deux jours plus tard. Mais le plus important est que cela se produit souvent à l’encontre de leur objectif initial. Ainsi, de meilleures pratiques professionnelles pourraient éviter aux mères des souffrances physiques et psychologiques inutiles. Depuis 2012, les critères d’Agrément Canada pour les hôpitaux comprennent d’ailleurs plusieurs éléments de l’Initiative Amis des Bébés (IAB). Le comité "Formation" du Mouvement allaitement du Québec (MAQ) organise un colloque de planification stratégique pour la formation des professionnels de la santé en matière d’allaitement, auquel sont conviés les professeurs, enseignants et responsables de ces programmes dans les universités et cégeps du Québec.

Le colloque en bref

Un colloque interdisciplinaire avec les acteurs concernés est proposé pour :

L’organisation de ce colloque découle d’un travail préalable qui a permis de documenter la situation de la formation en allaitement dans les divers établissements d’enseignement ciblés, et d’un processus de consultation amorcé afin de mieux comprendre les besoins des personnes responsables des programmes de formation. Une affiche présentant un portrait de la situation est disponible ici.

Par l’entremise du colloque, nous visons plus particulièrement à :

Formation continue ou formation de base /initiale

Il importe de bien distinguer le rôle de la formation continue de celui de la formation intiale.

Les politiques québécoises en périnatalité et en santé publique enjoignent les professionnels de la santé à favoriser l’allaitement dans le cadre de leur travail auprès des femmes enceintes ou qui ont accouché. On s’attend donc à ce qu’ils les informent adéquatement pendant la grossesse et, par la suite, qu’ils les soutiennent et les aident avec la plus grande rigueur professionnelle possible lorsqu’elles vivent, le cas échéant, des difficultés. Toutefois, conscients que la formation initiale des professionnels de la santé ne leur permet pas d’exercer efficacement ces différents rôles à leur arrivée sur le terrain, on a misé sur la formation continue pour remédier à cette lacune.

Force est de constater que si, au départ, ce choix a pu paraître pertinent puisqu’il a permis de former les professionnels déjà sur le terrain, son utilisation sur le long terme en lieu et place d’une réelle formation de base, dès la sortie du collège ou de l’université, est questionnable. L’expérience accumulée semble en effet montrer que la formation continue, telle qu’utilisée présentement, peut présenter des lacunes. Par exemple, elle peut être très diversifiée et possiblement inégale d’une région à l’autre; elle ne rejoint pas nécessairement tous les professionnels concernés; elle doit sans cesse être reprise à chaque arrivage de nouveaux professionnels sortis des écoles ainsi qu’à chaque changement de personnel professionnel à l’intérieur d’un même service. En conséquence, malgré la bonne volonté du personnel, les nouvelles mères amorcent parfois leur allaitement mal informées ou exposées à des interventions inutiles et parfois dommageables pour leur allaitement, le temps que le nouveau personnel soignant soit formé adéquatement. La formation continue est donc devenue, au fil du temps, un exercice peu productif qui accapare des ressources humaines et financières qui sont, par ailleurs, déjà limitées.

Il va sans dire que la formation continue aura toujours sa place, mais dans sa définition première, soit comme la poursuite ou la reprise d’un processus de formation à l’issue d’une première phase de formation (formation initiale). Elle joue un rôle essentiel puisqu’elle permet aux personnes qui sont déjà dans la vie active de pouvoir continuer à se former pour améliorer leurs connaissances et leurs compétences de base ou de s'adapter aux nouvelles technologies, pratiques ou méthodes.